Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'y étais

Publié le

J'y étais

En ce 16 décembre 2012, j'ai enfilé, mon manteau, mes gants et ma besace. Après m'être repue d'un brunch délicieux, je suis partie marcher pour l'égalité. J'ai réitéré le 27 janvier 2013. Hétéro solidaire, comme ils disent.

Un bon moment pour se plonger sur les liens entre homosexualité et musique. Alors, oui, bien sûr, il s'agira d'une vision réductrice : la communauté est grande et les goûts bien plus variés que les clichés que je vais ici véhiculer, mais j'assume ! Les hétéros en ont autant à leur encontre, donc à votre bon coeur messieurs dames !

Le fait est que, comme chaque groupe social, les gays partagent des références communes, comme votre voisin capitaine de l'équipe de foot locale. Ensuite, libre à chacun d'adhérer à toutes ces réferences, ou pas.

Contrairement au fait qu'il n'a toujours pas été tranché si être gay était inné ou acquis (si ? oups...), être une icône du même type semble un peu plus clair. En effet, certain(e)s étaient jusqu'à peu indifférents à la communauté et un simple remix les a poussé sous les feux de cette -pas si- Invisible light.

Mais, pourquoi ?

Alors, pour notre leçon de clichés du jour : un programme pseudo historique...

Judy Garland - La génèse

A chaque groupe social, son symbole. Certains affirment que le rainbow flag, si cher à notre tendre communauté, a été inspiré par Over the Rainbow, interprété par Judy Garland, a.k.a. la première icône gay, dans le magicien d'Oz (1939).

Hasard malheureux, la même Judy est décédée pendant les émeutes de Stonewall en 1969 à New York. Ce premier mouvement de lutte spontanée pour l'égalité des droits a eu lieu fin juin et c'est bien cet événement majeur que les gays fêtent dans tous les pays à cette même époque.

Notre Judy semble donc à vie liée à l'histoire de la communauté.

Avant elle, point d'icône gay, et pourtant, je ne saurai que trop vous recommander l'écoute de cette rapide émission de France Info, qui nous indique qu'il y a un siècle, la tolérance était bien plus de mise qu'aujourd'hui parfois...

Les battantes historiques

Ces icônes ont connu un destin tragique, des déboires personnels ou se sont battues pour être acceptées, pour mener leur vie comme elle l'entendait, pour avoir enfin le succès qu'elles méritaient, etc. Bref, il s'agit des doyennes, celles dont la lutte fait écho à ceux qui, en ce moment, paient chèrement leur différence (mais plus pour longtemps. Na !).

En vrac : Mistinguett (vous saviez qu'elle était devenue espionne au cours de la première guerre mondiale en vue de récupérer des informations pour pouvoir faire libérer son amant, en la personne de Maurice Chevalier ?), Dalida, Barbara, Véronique Sanson et j'en passe...

Les transgenres made in 80's

En tête de file de cette catégorie, Madonna mais aussi notre hexagonale Mylène Farmer. Elles cultivent l'art de la provocation et de l'ambiguité sexuelle.

Cette deuxième génération est aussi celle qui s'est engagée plus publiquement pour la défense des droits des homosexuels.

Cher a intégré cette catégorie après avoir notamment interprété un rôle de lesbienne dans Silkwood (et puis, elle a fait des remix électro de ces tubes à la fin des années 80 et puis son fils est transexuel...).

Les divas

N'oublions pas en effet toutes ces femmes ultra-féminines qui sont des divas soit dans le sens musical du terme (même si parfois elles ont du coffre à défaut d'avoir parfois une voix), soit dans le sens "caractériel" du terme. Les deux avec un peu de chance.

Disons : Céline Dion, Beyoncé, Barbra Streisand, Lara Fabian, Britney Spears (et là bien sûr, il est évident que l'on ne parle pas de la voix), etc.

(Allez, juste parce que c'est de circonstance...)

Les précieuses ridicules

Intéressante catégorie qui traverse les époques et regroupe celles qui sont arrivées là on ne sait pas comment mais ont en commun de cultiver volontairement ou non les codes du kitsch à travers les âges.

Dans cette catégorie fourre-tout, on retrouvera donc aussi bien Sheila après sa période disco, Chantal Goya (voir plus haut), mais aussi Dolly Parton (si si, quand même...).

Les modèles industriels

Il existe un dérivé dangereux des "précieuses ridicules", qu'on pourrait nommer les "modèles industriels". Cette catégorie regroupe celles qui veulent devenir des icônes gays. C'est une partie de leur plan de carrière en somme.

Or, ça ne se décrète pas.

Quoique.

De grands principes permettent à minima de se frotter à cette catégorie.

Un : Les cheveux. On les préférera longs, coiffés / décoiffés et auxquels on n'aura souvent l'impression qu'elles passent la moitié de leur temps à redonner du volume.

Deux : elles marchent avec les épaules et comme s'il fallait qu'elles défoncent le sol à coup de talon histoire d'y laisser leur bitchy trace.

Trois : des looks ultra-féminins voire donnant l'image d'une sexualité agressive. Encore mieux si elles arrivent à semer le doute sur leur orientation en même temps.

Quatre (en option) : une bande de copines du même acabi et de copains qui ne leur feront jamais rien tellement leur homosexualité crève l'écran.

Cinq : Une fois qu'elles ont compris qu'elles pouvaient fit in there, elles deviennent des militantes voire des activistes de la cause.

Alors, crédules ?

Oui, on pourrait se demander si ce n'est pas tellement évident que nos chers amis communautaires en deviendraient un poil manipulables.

Que nenni ! Déjà, certains gays abhorrent toutes les chanteuses dont je viens de parler, et aussi, d'aucunes ont tenté de rassembler tous ces éléments et la sauce ne prend pas. Mais vraiment.

Observez donc cette leçon de clichés par Shy'm. Pathétique.

Paradoxalement, certains gays, bien qu'au fond d'eux conscients d'être ainsi manipulés, aimeront ; non pas l'icône faussement incarnée (il ne sont pas crédules on vous dit !), mais le caractère ridicule qui ressortira de tous les efforts (inutiles) déployés pour en être une.

Bon, pour Shy'm, il faudra quand même lui dire qu'on lit trop sur ses rainbow lips: "gays, help me sell my shit to the village people !".

A bon entendeur...

NB : oui, je sais, je n'ai pas parlé des dykons. Vous chercherez, ça vous fera vos devoirs de la semaine !

Commenter cet article

Monsieur AWA 26/02/2013 13:27

De mieux en mieux ce blog !